Le silence de Lawrence

Guillaume Lévesque

Samedi 26 août 2017 | 14:00
Centre d’art de Percé

Sélection officielle – première gaspésienne
Documentaire

En présence du cinéaste Guillaume Lévesque

Québec / 2017 / 72 min / Documentaire / Version originale française

Synopsis

Le Silence de Lawrence est un documentaire qui dresse le portrait de l’auteur-compositeur-interprète que fût Lawrence Lepage. Accompagnateur de bon nombre d’artistes dans les années 1960, ce virtuose de la guitare fait sa marque dans la chanson québécoise à l’époque des boites à chansons aux côtés des Vigneault, Léveillé, Lecor, Lévesque, etc. Perdu dans la grande ville, ses textes évoquent sa région du Bas-du-Fleuve. Ses textes évoquent des personnages plus grands que nature, qui incarnent le milieu ouvrier de l’Est du Québec dont il se fait le porte-étendard; Mon vieux François, Monsieur Marcoux Labonté, Sol indien, Job le Beatnik, la drave. Poète, troubadour, conteur, il décide subitement de quitter sa carrière métropolitaine pour rentrer chez lui, à Nazareth près de Rimouski, au pays de ses chansons. Sa décision demeurera un mystère pour tous.
Encore vif et inspiré, Lawrence décède subitement en décembre 2012 à quatre-vingt-un ans après avoir entamé son chant du signe en osant sortir de son ermitage pour remonter sur scène après 35 ans d’absence. Ce portrait documentaire tente de dresser les contours d’un personnage complexe et cherche à comprendre les raisons qui ont poussées ce poète de la terre à choisir l’exil dans sa forêt aux projecteurs de la scène.

Biographie

Originaire de la Vallée-de-la-Matapédia, Guillaume Lévesque est fils de simple bucheron. C’est en regardant les grands, ces hommes, manipuler les arbres pour les abattre, les couper, les scier, que Guillaume s’est forgé une imagerie. Très tôt dans son processus, il a ressenti le besoin de s’exprimer sur son territoire, les gens qu’ils l’habitent. On perd du terrain (2005), est un documentaire sur les impacts néfastes de l’industrie touristique madelinienne. Gaspésie (2010), présente des essaies sur le territoire le rapport entre la Gaspésie et ses habitants. Également inspiré par le comportement de l’être humain en fin de vie, Guillaume vient poser un regard sur la vieillesse en interrogeant trois personnes âgées dans Avant l’hiver (2008). C’est à L’INIS à l’hiver 2010, en tant qu’étudiant dans le programme documentaire qu’il créa Rituel, un film qui questionne les rituels funéraires en transformation. En 2012, il présente Une pelletée après l’autre, un hommage à l’hiver à travers le portrait d’un « pelleteux » de village. En 2017 Guillaume offre Le silence de Lawrence, un portrait documentaire de l’auteur-compositeur-interprète Lawrence Lepage; poète et homme de territoire qui a choisi le silence de la forêt plutôt que les projecteurs de la scène.