LA FILLE DU CRATÈRE

NADINE BEAUDET & DANIC CHAMPOUX

DIMANCHE 25 AOÛT 2019 | 15:00
CENTRE D’ART DE PERCÉ

HORS COMPÉTITION / PREMIÈRE GASPÉSIENNE
FICTION

EN PRÉSENCE DU DIRECTEUR PHOTO ET COPRODUCTEUR ET DE LA CINÉASTE

QUÉBEC / 2018 / 75 MIN / DOCUMENTAIRE / VERSION ORIGINALE FRANÇAISE

Synopsis

Voici la découverte de Yolande Simard, femme territoire, solide comme le bouclier Laurentien, sensible et fraîche comme le bruissement des feuilles printanières. Cette femme audacieuse et déterminée nous offre son « pays » à aimer et laisse sur son passage des traces indélébiles et fondatrices pour notre mémoire collective.

Ce film, témoigne avec tendresse de la quête identitaire de cette grande dame et de son impact au cœur de l’œuvre de Pierre Perrault, son complice et grand amour.

Biographie

Nadine Beaudet est née sur la Côte-Nord. Amoureuse des régions, son approche cinématographique est habitée par l’appartenance, l’identité et l’imaginaire. Elle s’intéresse aux rapports qu’entretiennent les gens avec leurs univers réels et rêvés et crée des films documentaires porteurs d’une réflexion à la fois humaine et territoriale.

Son premier long métrage documentaire Le cosaque et la gitane (2012) remporte le Prix Pierre-et-Yolande-Perrault aux Rendez-vous du cinéma québécois (2013). Avec Ces hommes de passage (2015), elle fait partie de la première cohorte du collectif de 5 réalisateurs (5 courts) initié par l’ONF et SPIRA qui vise à réintroduire le documentaire très court dans le paysage cinématographique.  Le chant des étoiles (2016) sélectionné par le Festival international du film documentaire en Cévennes (France), dévoile la rencontre inédite de l’astronomie et de la musique dans un récit poétique et humain. Coréalisé avec Christian M. Fournier, La maison des Syriens (2018) (Grand Prix du Public au FFPE et Prix du Meilleur film Refugees & Migrants au Woodpecker International Film Festival en Inde), on découvre avec humanité un comité de parrainage d’une famille de réfugiés Syriens à Saint-Ubalde (Portneuf).  Son tout dernier né, La fille du cratère, coréalisé avec Danic Champoux, témoigne avec tendresse et détermination de l’influence de Yolande Simard au coeur de l’oeuvre de Pierre Perrault, son complice et grand amour.

Biographie

Remarqué lors de l’édition 1996-1997 de La Course destination monde, l’émission qui révèlera plusieurs jeunes cinéastes québécois, Danic Champoux a depuis fait sa marque en multipliant les projets. Les documentaires Mon père (2000), Caporal Mark (2006), La couleur du temps (2008) et Baklava Blues (2009) lui valent plusieurs prix et la reconnaissance critique. En 2011, il revient en force avec Mom et moi, un film d’animation sur la fascination d’un enfant pour les Hells Angels, et Séances, un long métrage documentaire tourné sur le mode du cinéma vérité dans un centre d’oncologie. En juin 2011, Danic Champoux a été nommé cinéaste en résidence à l’ONF où il a réalisé Autoportrait sans moi. De retour « dans le vrai monde », Danic réalise coup sur coup deux longs métrages documentaire (Comme dans C.R.E.A.M. ainsi que Les grands dérangés) donc les sorties sont prévues pour 2015.