THE EARTH IN THE SEA

BARBARA STERNBERG

SAMEDI 17 AOÛT 2019 | 14:00
CENTRE D’ART DE PERCÉ

PREMIÈRE NORD-AMÉRICAINE
CINÉMA EXPÉRIMENTAL

QUÉBEC / 2018 / 8 MIN / CINÉMA EXPÉRIMENTAL / SANS DIALOGUE

Synopsis

Filmé en super 8 et transféré en version numérique, ce court métrage divisé en quatre parties qui emprunte ses titres à Antonin Artaud : « la terre dans la mer, l’air dans la terre, le feu dans l’eau, l’eau dans l’air » évoque, à un certain niveau, l’interdépendance de tout. La réalisatrice pose une réflexion sur les atomes d’existence poreux, charnus, granulaires, l’énergie interminable et mutable, les pulsations, les battements, les brûlures, les flous, les clarifications, l’obscurcissement, les révélations – fugaces. Musique de Claude Vivier et éléments sonores 183 hertz (en ligne).

Prix, mentions et festivals

ARKIPEL international Documentary and Experimental Film Festival (Jakarta)

Biographie

La cinéaste torontoise Barbara Sternberg tourne des films depuis le milieu des années soixante-dix. Ses films ont été projetés partout au Canada et à l’international, tel qu’au Centre Pompidou à Paris, à Kino Arsenal à Berlin, au Museum of Modern Art, au Millennium Workshop à New York et à la Cinémathèque d’Ontario à Toronto. Son travail fait partie de la collection du Musée des beaux-arts de l’Ontario à Toronto et du Musée des beaux-arts du Canada à Ottawa. Elle a été invitée dans plusieurs universités et galeries canadiennes, notamment à l’Université de Guelph, au Collège d’art et de design de la Nouvelle-Écosse, à la Galerie d’art Dunlop, ainsi qu’à l’Université d’Avignon et la School of Art Institute de Chicago. En 2011, Sternberg a été lauréate du Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques.

Le travail cinématographique de Sternberg combine des réflexions sur le médium même avec des questions d’ordre sociale et à portée universelle sur la façon dont nous vivons la réalité et sur notre situation en tant qu’être humain dans le monde. Selon la réalisatrice, les films sont eux-mêmes des expériences et des réalités. Ses œuvres se situent à l’intersection du film et de la vie, interrogeant la vision, la perception, le mouvement et la temporalité. Bien que sa pratique principale soit le cinéma, Sternberg a travaillé avec d’autres médiums, notamment la performance, l’installation et la vidéo.